Archive for ‘the iCat’

12 mars 2010

Des nouvelles de la faune locale

Quelques mots sur l’évolution de la gestion de la faune de la maison.

Lien chatminou-chiiien: Ça va pas mal (hehe, surtout que le chien est en vacances chez belle-maman depuis 4 jours). Mais sans blague, le chat aime bien le chiiien, à la condition que celui-ci ne bouge pas. Il va se frotter dessus se couche avec le chien (mon chat, ce traître) mais par contre rien ne va plus lorsque le chiiien est en mouvement. Dans ces cas-là, c’est le scénario typique du chat qui aperçoit un chiiien:  panique, dos rond, poil dressé et compagnie, à croire qu’il voit le chiiiien pour la première fois, chaque fois. Mais bon, comme le chiiien ne bouge vraiment pas souvent, c’est pas mal.

Pour le reste, le chatminou est adorable, et est un vrai pot de colle au ronronnement hors de contrôle, on l’entend pratiquement à travers toute la maison. Par exemple, parler au téléphone avec le chat qui ronronne sur mes genoux est une tâche très difficile à réaliser: la conversation sera continuellement ponctuée de « tu peux répéter stp, je t’entends pas… ». À trois ou quatre reprises quotidiennement il devient par contre possédé par le démon, et s’il est possible de l’entendre (ou plutôt d’entendre le bruit de la chute des objets qu’il renverse), celui-ci se déplace à la vitesse de la lumière, donc il est difficile à suivre.

Ah oui, il transporte des objets. La rondelle de plastique au fond du bain qui sert à retenir les cheveux: je la retrouve cinq fois par jour ailleurs. J’ai trouvé au milieu de mes couvertures un petit protecteur de plastique pour la pointe d’un bâton de marche. Je sais que mes tendances de rangement domestique laissent à désirer, mais non, ce n’est pas moi qui ai fait ça. Le bandeau qui retient ma tignasse, que je laisse généralement sur mon bureau où je travaille… réapparaît ailleurs plusieurs fois par jour. J’ai compris, je vais le ranger.

La nuit, j’ai aussi confirmation qu’il se balade sur mon poste de travail malgré l’interdiction: mon portable était en mode veille, l’écran fermé, mais mon clavier externe était demeuré branché: à 1h00 du mat, chatminou a appuyé sur la touche « play » de itunes. Réveil en panique, pourquoi y a-t-il de  la musique dans la maison? Donc ne pas oublier de débrancher le clavier la nuit.

On oublie à quel point un jeune chat, c’est du sport… Mais il est si mignon!

Publicités
23 février 2010

FRAP

FRAP: Frantic Random Act of Play.

Le terme est généralement attribué aux chiens, je confirme toutefois que cela existe avec la race féline.

C’est violent pour l’ameublement. Mais tellement drôle.

Je confirme aussi que la confiture de bleuets, échappée sur le blanc du chatminou, ça tache, en mauve.

16 février 2010

Ça, c’est fait… ou pas.

L’arrivée de minet dans la maison change beaucoup la dynamique quotidienne. C’est très… vivant. Et je suis complètement gaga bien sûr. Et comme tout propriétaire d’animal gaga, je ne peux m’empêcher de radoter sur le sujet ici, désolée. Ça va passer avec le temps. Pour ceux qui ont connu feu-Malabar, disons que l’expérience est très différente. Le petit nouveau est beaucoup plus « facile ». Sans rien enlever à Malabar (ce chat a tout de même survécu à 13 déménagements et prenait des marches avec moi mieux qu’un chien, du moins mieux que The Chiiien), il était tout de même, disons gentiment, socialement mésadapté. La nouvelle recrue n’a pas ce problème.

  • Courir après sa queue: ça, c’est fait. Deux fois plutôt qu’une, et avec beaucoup d’intensité.
  • Tomber dans le panier à linge sans pouvoir en sortir: ça, c’est fait, régulièrement aussi.
  • S’installer à quatre pattes, confortablement, dans le bol du chiiien pour en manger le contenu: ça, c’est fait.
  • Dérouler le rouleau de papier de toilette: pas encore. Ça viendra sûrement.
  • Déterrer les plantes: ça, c’est fait. Et c’est terminé: c’est fou le nombre de problème que le papier d’aluminium peut régler.
  • L’éparpillement total de la pile de journaux: ça, c’est fait.
  • Comprendre l’utilisation de la litière: ça, c’est fait, bon minou.
  • Utiliser la litière mais gratter en faisant dos à la porte et en jeter le contenu à l’extérieur: ça, c’est fait aussi. Mais ça semble sous contrôle.
  • Grimper aux rideaux: pas encore. Ça viendra, malheureusement, sûrement.
  • Rendre le chiiien fou de jalousie: ça, c’est fait. Mais on fait attention (oui oui, même moi).
  • Le chiiien qui, après avoir vu le chat boire dans SON bol d’eau à lui, va vider celui du chat en guise de représailles: ça, c’est fait. C’est assez débile d’ailleurs, car le bol d’eau du chat est beaucoup plus petit que le nez du chiiien. N’a pas eu beaucoup de succès.
  • Traumatisme post-aspirateur: ça, c’est fait. Et, ça reviendra.

Voilà, un jeune chat tout ce qu’il y a de plus normal. Mais le plus gros volet du succès, c’est la fascination de mon Népoux pour la petite bête.

Victoire!!!

14 février 2010

Bienvenue, iCat!

Ohlà, tout a été beaucoup plus rapide que prévu. Vendredi soir, nous disions à une amie que nous cherchons un jeune chat, samedi matin elle nous dit que des voisins, sur une ferme, ont deux jeunes chats à donner. Nous y sommes allés, le minet était craquant évidemment. J’avais beaucoup d’hésitation, le chat a déjà environ 4 mois, je me questionnais sur l’intégration félino-canine. Comme le propritéaire du chat nous a rassuré que si ça ne fonctionne pas, nous pourrons le ramener: pas de raison de ne pas essayer.

Alors voilà, je souhaite la bienvenue à iCat. Jusqu’à maintenant il est très standard, pas le plus beau mais sympa, fait toutes les conneries de jeunes chats, court après sa queue, très affectueux et ronronne comme une machine. Ça semble aller. La relation chat-chien n’est pas nécessairement gagnée, mais ça évolue très bien, et rapidement. Le chiiien s’en fiche complètement, n’a aucun intérêt. Restera au chat à s’y faire, tough luck.

Je craignais avoir le problème de devoir empêcher le chien de manger dans le bol du chat: faudra trouver une solution pour le problème inverse en fait. Pas si mal.

Nous avons même eu droit à une première nuit sans heurt et sans remue-ménage: espérons que ça dure.