Poutine

Non pas comme dans politique russe, mais comme dans art (ouais bon, pas nécessairement, mais à défaut de synonyme…) culinaire bien de chez moi. Désolée pour ceux qui espéraient un post intellectuel à la lecture du titre, c’est loupé, ce n’est pas le cas du tout. D’ailleurs, ceux-ci se font très rare, l’essentiel de mon intellectualismariat étant dévoué au boulot et frôlant l’inexistence lors du retour à la maison. Ledit retour qui, ces temps-ci, s’effectue lors du moment d’aller faire dodo. Et comme mon cerveau est limité, y a pas de miracle.

Alors, OUIIII, j’ai découvert grâce au blogue d’une autre expat qu’il y a un resto pas très loin de chez moi qui s’appellle M POUTINERIE, et qui sert, bien sûr, de la poutine.

Pas que ce soit un désir quotidien d’en manger, mais à l’occasion, j’aime –  je l’admet.   La poutinerie en question est dans Schwabing (le plateau mont-royal du Munich), donc vraiment pas loin. Il semblerait qu’ils utilisent le vrai fromage  qui fait squiiick, mais tant que je n’en aurai pas la preuve, je préfère conserver mes illusions au niveau du plancher des vaches question d’éviter la déception. J’ai un trop vif souvenirs d’avoir, alors que je vivais à Toronto (oh mais quel coup de vieux, j’y ai célébré le passage au nouveau millénaire) mangé une wannabe-poutine pourtant reconnue comme the real deal faite avec de la mozzarella râpée toute droit sortie du sac d’une de nos grandes multinationales faisant la fierté de nos voisins les canadiens. Frisson.

Tiens, nous avons justement négligé de faire les courses, avec plus ou moins rien à manger pour demain, du moins rien d’intéressant – rappelons que tout est fermé le dimanche ici sauf les restos. Parenthèse culturelle, si ça semble très emmerdant au départ, on s’y fait très rapidement et c’est génial, une journée par semaine où toute forme de consommation est proscrite. J’aime beaucoup. J’aime consommer aussi, je tire un certain plaisir à l’achat de trucs particuliers (chaussures, gadgets en provenance du site d’Apple, et à peu près tout ce qui sort d’une quincaillerie) mais j’aime beaucoup ne pas le faire aussi et j’apprécie le choix social fait ici de ne pas succomber au péché commercial dominical.

Outre cette découverte, j’ai dévoué ma journée à l’avancement du projet table à diner qui devient de plus en plus douteux, c’est pas un succès mon truc. Erreur de débutante: commencer un projet en pensant se procurer plus tard des matériaux qui en bout de ligne n’existent pas dans le pays adoptif.

Selon mes prévisions, le projet sera très joli, mais seulement vu de loin.

One Comment to “Poutine”

  1. Je te souhaite tout plein de morceaux de squiiick squiiick dans ta poutine de M Poutinerie.

    Quant au congé commercial dominical, quelle belle idée mais je doute que nous reculions ici, les amaricains étant maladivement consommateurs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :