Archive for octobre, 2009

31 octobre 2009

Réaction nucléaire

À moins de 100km à vol d’oiseau de Munich, il y a une centrale nucléaire.

Les normes de sécurité sont bien sûr très élevées, le tout est à la fine pointe de la technologie. Mais il n’en demeure pas moins que si accident il y avait, Munich serait dans le gros pétrin. Après Tchernobyl, toute l’Europe a été affectée. Aucun fruit ou légume produit localement n’a été consommable avant au moins un an sinon plus. Et on parle d’une distance de plus de 2000km entre le lieu de l’accident et Munich, par exemple. D’ailleurs aujourd’hui, l’ancien réacteur de Tchernobyl, qui n’est pas entièrement détruit, contient encore 100kg de plutonium, soit suffisamment pour tuer 100 millions de personnes. Les restes de l’ancien réacteur peuvent s’effondrer d’un jour à l’autre, tant l’installation est en mauvais état. Rassurant, n’est-ce pas?

Lien qui nous rappelle le drame de Technobyl

J’aime pas ça, le nucléaire. J’aime beaucoup mieux nos bonnes vieilles méga-centrales hydro-électriques. Remarque que avoir disons LG2 à moins de 100km de chez nous, en cas d’accident, ça serait probablement pas génial. mais devoir choisir entre les deux catastrophes, je prends l’inondation sans hésitation!

Publicités
30 octobre 2009

Les anglais sont à l’envers

Quelle observation FAS-CI-NAN-TE.

Rappellez-vous votre dernière visite dans une librairie ou la dernière fois que vous avez consulté votre bibliothèque personnelle. De quel côté penchez-vous votre tête afin de lire le titre à la verticale sur la tranche du livre? Fort probablement à gauche, afin de lire les titres inscrits de bas en haut. Bon, il se pourrait que pour vous, ce soit à droite, chacun ses goûts. Ou peut-être pas du tout, qui sait. Mais il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un geste normal, fréquent, que vous pourrez rapidement noter chez les clients d’une librairie.

Notre bibliothèque contient principalement des livres en allemands, en français et en anglais. Voici la révélation-choc: Les titres des livres en anglais sont inscrits du haut vers le bas, au contraire des livres en allemand ou en français. Fascinant, n’est-il pas? Si, comme moi, pour lire les titres de vos volumes, vous ressentez le besoin d’incliner votre tête afin de donner à vos yeux le même alignement vertical que celui du livre, et que vous alternez entre l’anglais et le français/allemand, vous vous trouverez à balancer la tête d’un côté et de l’autre sans même vous en rendre compte à chaque quelques secondes, au fil de l’alternance de la langue des volumes, tout comme ces petites figurines dont la tête montée sur un ressort tremble, que certaines personnes ressentent le besoin de mettre sur la console de leur voiture, généralement sous la forme d’un petit chiiien.

 

 

 

 

 

30 octobre 2009

Harry Potter vs Lord of the Rings

Nous avons dernièrement visionné les Harry Potter disponibles jusqu’à maintenant (I à V) ainsi que la trilogie The Lord of the Rings.

Deux histoires somme toute très semblable (bon ok, on peut aussi inclure Star Wars dans le lot): Les Gentils qui tentent de combattre les Méchants qui veulent prendre le contrôle du monde.

Des deux côtés, le personnage principal sur qui repose la tâche de sauver le monde est un être frêle, faible, petit, inexpérimenté. David contre Goliath, je présume que ça ajoute au mérite du héros à la fin.  Des deux côtés, le personnage sur qui repose la tâche de sauver le monde ne serait rien sans l’amour infini de ses amis, qui généralement interviennent pour sortir ledit personnage du pétrin dans lequel il s’est plus souvent qu’autrement mis lui-même. Le scénario se répète à de nombreuses reprises, les amis sont en bout de ligne ceux qui font une bonne partie du travail à la place du héros.

Les forces du mal, de leur côté, prennent des formes différentes: mais les esprits mauvais supérieurs sont ailés dans les deux cas. Je reconnais toutefois que le niveau d’éducation entre un Orc et un magicien n’est pas comparable, par contre.

Bon, similitude frappante: l’esprit du Bien puissant, le mage ultime, est incarné par le même acteur. Disons que ça n’aide pas à ne pas faire d’association!

On retrouve dans les deux séries l’Oeil du Mal, qui voit en l’esprit du héros et qui contrôle temporairement sa pensée, qui peut lui faire mal.

Autant côté bouquin que film, j’ai préféré l’univers HP, la violence qui y est illustrée y étant moins dérangeante. Jeter un sort, même mortel, heurte beaucoup moins ma « sensibilité » cinématographique qu’une bonne vieille hache dans un crâne. Mais enfin.

Le 6e Harry Potter sortira en DVD en novembre… J’ai lu les 7 volumes, je connais la fin. Népoux n’en a aucune idée n,’ayant pas lu les livres. Pov’ti, entre le 6e film et le 7e, il devra attendre sûrement au moins un an avant de connaître le dénouement.

Ceci dit, dans un affrontement entre Harry Potter et Frodo, je gage sur HP.

 

 

28 octobre 2009

Un immigrant, ça travaille pas

La princesse a le goût de crier un gros juron fort peu délicat.

Je reviens d’une session hautement frustrante à l’école « publique » de la ville, où se donnent les cours d’allemand langue seconde pour les immigrants.

À voir les horaires minimums suggérés (qui demandent en tout environ 20h par semaine, pour trois mois), on dirait bien qu’il est pris pour acquis que ledit immigrant ne travaille pas et a tout son temps.

Je sais pas comment je vais faire, je suis découragée, j’en ai marre, ça me tente pas.

 

 

26 octobre 2009

qui fait squick

Non, ce billet ne parlera pas de fromage.

Mais plutôt de soutien-gorges. Mesdames, avez-vous déjà acheté un soutien-gorge chez Jacob lingerie?

Je me fais personnellement avoir chaque fois. J’y trouve un tout mignon modèle, confortable (le fit de cette marque est excellent pour moi), parfois même en solde, et je suis ravie.

C’est là que ça se gâte: je le met ensuite à la lessive. En suivant toutes les règles de l’art: cycle délicat, dans un sac en filet pour que ça s’abîme moins, à l’eau froide. Bien sûr, aucun n’a même vu ne serait-ce que l’ombre de la sécheuse.

Mais systématiquement, après 2 lavages, les cerceaux font squick. Je bouge, squicksquick. Je soupire, squick. J’éternue, squicksquick (suivi de à tes souhaits-merci-de-rien-tout-plaisir-est-pour-moi).

Ça n’enlève rien au confort remarquez, mais point de vue discrétion, cest loupé! Est-ce que c’est juste moi, coudonc? Avez-vous déjà remarqué aussi?

26 octobre 2009

Trilogie Berlinoise

J’ai mentionné dernièrement avoir commencé à lire la Trilogie berlinoise.

En fait, il s’agit de deux volumes (et non trois). Le premier, comprenant les trois premiers tomes publiés il y a une vingtaine d’années, aujourd’hui disponible en un recueil. Le second, une suite publiée relativement récemment.

J’ai adoré. Dévoré le tout, quitte à me coucher à 3h du matin pour terminer un chapitre. Et un autre. Et pourquoi pas finir le bouquin complet. Vous voyez le genre.

Ça se passe pré et post 2e guerre mondiale. Ça ne se veut pas un roman historique mais une bonne partie du contenu qui y réfère est réel – et dérangeant. Dans la portion post-guerre, il est très intéressant d’y lire les jeux de pouvoir entre les alliés qui contrôlent le territoire.

Mais surtout, le personnage central est sympathique, et j’ai adoré le côté auto-dérisoire et sarcastique du ton adopté par l’auteur (qui soi dit en passant n’est pas allemand). Ce qui donne au contenu parfois très choquant une touche de légèreté permettant d’en tolérer la lecture. Par exemple (citation non exacte):

-Vous verrez, ces gens semblent désagréables mais sont fort plaisants une fois qu’on a appris à les connaître.

-Je comprends, de nombreuses personne disent la même chose de leur chien après qu’il les aie mordu.

26 octobre 2009

C’est l’heure de l’hiver

Une chance que nous avons des appareils électroniques dont l’heure est ajustée automatiquement. Par exemple, des cellulaires et des ordinateurs.

Sinon, en grands champions, nous n’aurions jamais pensé qu’il fallait hier passer à l’heure d’hiver. Oui, il fait donc nuit à… 17h? 17h30 si on est chanceux?

Je ne sais pas quand le Québec procédera aussi, mais d’ici-là, je n’ai que 5h de décalage avec vous!

25 octobre 2009

Aaaaatchoum

Pourquoi, lorsque quelqu’un éternue, la politesse veut-elle de répondre « À tes souhaits/Bless you/Gesundheit »? Pourquoi donner de l’importance à un éternuement? Après tout, lorsque quelqu’un tousse, on ne dit rien, non? Et le hoquet? Un cil dans l’oeil? Le dessous du pied qui pique? Rien de ces maux ne nécessite une intervention protocolaire de l’extérieur.

Je n’ai jamais vraiment considéré important de souhaiter quoi que ce soit  à une persone qui éternue, ni lorsque j’éternue moi-mêmede, de remercier la personne qui a rendu définitivement public par souci de politesse non-nécessaire le fait que j’aie éternué. Comme de prendre un mégaphone et d’annoncer à ceux qui n’était pas au courant qu’il y a eu un éternuement.

Or les allemands sont très respectueux de ces normes, et à mes débuts ici, on me trouvait impolie. Car je ne réponds pas toujours « Merci » à la personne qui me dit « à tes souhaits ».

Donc ici, il ne fait pas y manquer. Voici le processus à suivre lors d’un éternuement:

1-AaaAaaAtchoooum

2-À tes souhaits (Gesundheit)

3-Merci. Il FAUT dire merci.

Mais tant qu’à faire, tant qu’à vraiment vouloir donner dans la politesse débile qui n’a pas réellement de raison d’être selon moi, pourquoi ne pas aller plus loin:

1-AaaAaaAtchoooum

2-À tes souhaits (Gesundheit)

3-Merci.

4-De rien

5-Ya pas de quoi

6-Tout le plaisir est pour moi.

7-Vous m’en voyez ravi(e).

Tout ça, pour un éternuement.

24 octobre 2009

Magouille pharmaceutique

Tiré d’un documentaire télévisé:

10% dela population mondiale est atteinte de psoriasis – un truc cousin de l’eczéma. Je fais partie de ces 10%. Les médicaments destinés à le soulager sont à base de cortisone, un produit auquel la peau développe une tolérance, un produit qui amincit la peau, dont les effets à long terme ne sont pas positifs, etc. Un médicament sous ordonnance, qui force le « patient » à entrer dans la roue du système médical: médecin, dermatologue, suivi annuel, etc.

Deux chercheurs ont mis au point une crème pour traiter le psoriasis. À base d’huile d’avocat et de vitamine B12. L’ont soumis pendant des années à des centres universitaires de médecine, pour que le produit soit testé. Et ça marche. Qui dit produit naturel dit vente libre. Produit dont la production n’entraîne pas des coûts exorbitants.

Bref, un petit miracle qui pourrait améliorer la qualité de vie de très nombreuses personnes. Le produit a été breveté. L’équipe de chercheurs a tenté de vendre le brevet à un géant pharmaceutique.

Sans succès. Pourquoi?

Parce que pour procéder à l’achat du brevet, le géant pharmaceutique devait endosser la clause de mise en marché. En d’autres mots, l’acheteur devait accepter de produire et mettre le produit en vente. Ils ont tous refusé. Ont tous voulu acheter le brevet, mais ont tous refuser de produire le médicament pour ne pas nuire à l’industrie existante de crème à la cortisone, beaucoup plus rentable. Achat de brevet destiné à éliminer cette compétition. La business de la santé, et ceci n’en est qu’un exemple parmi sûrement des milliers, n’est pas reluisante.

Récemment toutefois, une entreprise pharmaceutique suisse a décidé de commercialiser le produit  après des années de démarchage. Il sera en vente libre, en Allemagne du moins, dans un mois, et s’appelle Regividerm.

24 octobre 2009

1 800 VACCINS

La campagne de vaccination massive contre la H1N1 est commencée depuis quelques semaines, ici.

La campagne de vaccination massive contre la H1N1 est en train d’en prendre pour son rhume, ici.

En effet, les premiers vaccinés ont été les professionnels de la santé: médecins, infirmières, auxiliaires, etc.

Une infirmière en est décédée, tout récemment.