27 octobre 2010

une outarde suis-je

Comme les outardes, mais non pas avec – même si un séjour de 6 mois dans le sud ferait le plus grand bien à mon teint déjà verdâtre, je migre.

Je étant le blogue, bien sûr. Pas que je sois mon blogue, ne vous méprenez-pas. Pas plus un blogue qu’un outarde. Ceci dit, vu que le thème principal de ce blogue n’a généralement plus grand chose à voir avec l’émerveillement etdashou la perplexité devant ma nouvelle vie (qui n’est plus nouvelle) outre-mer, j’ai décidé de déménager le blogue vers un nouveau plus représentatif (du moins, pour les québécois): ben non mais là.

Le lien est donc bennonmaisla.wordpress.com

26 octobre 2010

Ah ben, un p’tit cousin!

Un petit-cousin, en anglais c’est un grand-cousin (great comme dans grand, comme  Alexandre Le). Des fois ça m’étonne comme un truc et son contraire peuvent dire la même chose. Non en fait, ça m’étonne pas. Anyway. En allemand, c’est plus… pragmatique : cousin-au-deuxième-degré. Efficace mais peu poétique.

Revenons au petit-cousin dont je ne connaissais pas l’existence jusqu’à il n’y a que très peu. Ma mère, qui a le cousin, l’a revu pour la première fois depuis quelques décennies. Petit-Cousin ne revient pas au Québec nécessairement souvent, car Petit-Cousin demeure… en Allemagne. Au bord du Bodensee (Lac Constance) ou littéralement, plancher du lac (ou lac au plancher? hmmm, pas sûre). Ledit lac qui se situe à à peine plus de 200km de Munich. Voilà, j’ai de la famille officielle au pays, je suis toute excitée.

Ah le monde, ce petit village grand comme ma main…

25 octobre 2010

e-rien (e-trait-d’union-rien)

Je vous écris pour vous dire que je n’ai rien à dire. C’est l’fun, c’est comme à l’adolescence quand on appelait une ex-amie pour lui dire qu’on ne voulait plus être, justement, son amie.

Mais pour vous divertir, ou plutôt, vous instruire en toute humilité, sachez que (vous verrez ainsi l’étendue de mes occupations et comprendrez ainsi l’introduction ci-dessus introduite) la cuisson à l’induction permet de faire bouilllir trois tasses d’eau (froide au préalable) en moins de deux minutes.

 

25 octobre 2010

Troublant. Très, très troublant.

Je lève haut mon chapeau aux enseignants et professionnels qui côtoient chaque jours des enfants et des grands ados dont les bases de l’éducation à la maison peut faire défaut.

Mais quand ça passe au niveau supérieur – les problèmes, pas les études – quelles ressources professionnelles et personnelles sont disponibles pour soutenir les enseignants?

Témoignage qui fait mal à la société et aussi  beaucoup au système d’éducation ici.

30 septembre 2010

GO!

Ca y est, journée déménagement. Envoyez-moi plein d’énergie!
Pas de pluie en vue, mais une 2e paire de bras masculins encore sous les vapeurs d’Oktoberfest… Ca promet.

Et bon, on ne prend que les meubles et les boites faites à la hâte hier, ce n’est qu’un début.

28 septembre 2010

Parlons lecture – Jasper Fforde

Pour la série des aventures de Thursday Next, détective littéraire.

Série où les livres et leurs personnages sont vivants et interagissent avec le monde réel. C’est rigolo, bourré de références littéraires (surtout vers la littérature anglaise vu que l’auteur est britannique, et je réalise à quel point je n’y connais pas grand chose) mais tout à fait ludique, complètement loufoque et très divertissant. Je ne sais pas si la traduction FR est bien ou pas, mais en anglais, le style est fluide et même léger.

En anglais, cinq volets sont actuellement disponibles, et un sixième à paraître dans quelques mois. C’est important de les lire dans l’ordre. Et j’ajoute cette série à la liste des livres dont j’aimerais avoir été l’auteur.

  1. The Eyre Affair (L’affaire Jane Eyre)
  2. Lost in a good book (Délivrez-moi!)
  3. The Well of Lost Plots (Le puits des histoires perdues)
  4. Something Rotten (Sauvez Hamlet)
  5. First Among Sequels (Le début de la fin)
  6. One of our Thursdays is missing (à paraître)

Voici ce que dit la FNAC du premier volume:

Détective à la brigade littéraire du service des opérations spéciales basé à Londres, Thursday Next s’occupe du grand banditisme reconverti dans le lucratif marché littéraire : revente d’éditions originales volées, contrefaçons, fraudeurs en tout genre… Un océan de routine pour celle dont le père voyage dans le temps et dont l’oncle est l’inventeur du papier carbone correcteur et des asticots synonymiques. Lorsque le froid, calculateur et extrêmement dénué de scrupules Achéron Hadès s’empare du manuscrit original de Jane Eyre et en séquestre l’héroïne, Thursday comprend qu’elle a enfin affaire à quelque chose de totalement inédit. Thriller littéraire ou conte fantastique ? Il faut abandonner tous ses repères de lecture pour entrer dans l’univers excentrique et très référencé de Jasper Fforde, où les personnages peuvent sauter spontanément des pages d’un roman.

25 septembre 2010

Ti-nenfant

J’ai reçu un truc promo (pour faire une longue histoire courte, Népoux a passé la journée en rando organisée par un manuf de matériel de plein air dont la maison-mère fabrique aussi des stylos, et connaissant mon émerveillement d’enfant pour les crayons de tous genres, il m’en a rapporté un paquet). Ça me rappelle à quel point j’aimais le moment de la rentrée scolaire où je ressentais une grande grande satisfaction à avoir plein de crayons de toutes les couleurs.

Et je pense que 25 ans plus tard, ça n’a pas vraiment changé. La petite fille en moi est toujours aussi émerveillée devant 15 beaux crayons tout neuf: y en a même un fait en matériel de ballon de basket!!!

24 septembre 2010

Le lancer du couteau

Nous sommes allés faire un léger tour du côté d’Oktoberfest.

Highlight de la soirée: un fêtard avancé qui attrape le verre devant lui contenant des ustensiles pour les gens qui désirent manger, qui tente d’en boire le contenu sans succès, qui développe une paranoïa et se déclare victime d’un mauvais tour, quelqu’un a dû déposer dans son verre des couteaux et des fourchettes.

Et du coup, de les lancer au le sol dans toutes les directions, par petites poignées.

23 septembre 2010

Éruption du pylône – Ajout

Je pense en avoir déjà parlé mais je ne retrouve plus le billet, alors je remet l’image pour illuminer vos papilles artistiques.

C’est commencé. Une immense structure métallique soi-disant artistique est présentement en éruption près de chez moi. Ça rappelle drôlement un pylône électrique. Dommage d’avoir investi des millions d’euros pour ce truc, y en a plein des vieux qui traînent quelque part chez Hydro-Québec des suites de la crise du verglas. La ville de Munich aurait pu en avoir toute une forêt pour le même prix.

Je ne remet aucunement en question le programme municipal de soutien aux artistes et au développement culturel ou artistique des rues de la ville (un pourcentage de la somme investie dans les travaux de construction ou d’aménagement effectués par la ville est destiné à l’achat d’une oeuvre d’art qui ornera le lieu des travaux en question). Je ne comprend pas la démarche artistique derrière notre futur pylône (faut rappeler que les infrastructures électriques ici sont invisibles, tout est souterrain) qui de ce fait bénéficiera en originalité vu la rareté de l’offre pylonique locale. Soit, cette oeuvre en question n’est pas à ma portée.

Mais considérant que quelques millions ont été déboursés pour le pylône, la ville n’aurait-elle pas pu choisir d’encourager un artiste local? Ou du moins, national?

Plutôt qu’étranger, tel que c’est le cas présentement?

AJOUT

Ok, plus de détails. La structure s’appelle « Mae West ». De Rita McBride, née dans le midwest américain, et vivant à NY ainsi que partiellement à Köln (c’est pas la Bavière, mais au moins c’est au pays). Réputation mondiale, semblerait-il. Sur son site web, on peut voir live par webcam l’éruption du truc.

Vous pouvez voir ici, si vous voulez:

Webcam du futur Mae West.

21 septembre 2010

Anachronisme en arrière-plan

À préciser – la Marie ici présente n’était pas très solidement fixée à son socle et a failli s’écrouler lorsque j’ai grimpé sur le piédestal en question sur lequel elle trône. C’aurait été gênant.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.